El dia de los Muertos au Mexique

El dia de los Muertos au Mexique

Comme vous le savez, depuis le mois de septembre, je suis au Mexique et après m’être baladé, dans le Quitana Roo, le Yucatan, le Chiapas, Oaxaca et Puebla, je vis maintenant dans l’état de Quéretaro à San Juan del Rio. La semaine dernière avait lieu la Toussaint, enfin Halloween, bref la célébration des morts ! Et au Mexique, c’est un véritable événement, « El dia de los muertos » ! Je vais donc vous parler aujourd’hui de ce grand moment culturel au Mexique comme j’ai pu le voir ici à San Juan del Rio.

La réalisation d’un altar

Altar pour le Dia de los MuertosLe premier événement en rapport avec le Dia de los muertos auquel j’ai participé fut la création d’un altar dans l’université où je travaille en tant qu’assistant. Un altar est un autel que l’on réalise dans sa maison, sur son lieu de travail, ou encore devant son lieu de travail et parfois même dans la rue. Il a pour but de faire une offrande à une personne décédée. Une photo de la personne est présentée au centre avec des bougies, des fleurs et surtout des fruits, le fameux Pan de Muertos, à boire (alcool et sans alcool) … En fait comme l’on m’a dit, on peut mettre tout ce que la personne pourrait apprécier manger et boire. Et il y a autant de différents altars que de mexicains ! En effet, même si certaines règles reviennent, on peut en voir certains avec des objets d’artisanat, d’autres avec des plantes, des feuilles d’arbres … Et suivant la région ils ne se ressembleront pas du tout ! Ainsi le Pan de Muerto que j’ai toujours vu ici ne se met pas sur l’altar dans le Yucatan.

Le concours de Plañideras

Mon deuxième contact avec les célébrations du Dia de Muertos fut d’assister à un concours de Plañideras. Les Plañideras comme vous pouvez le voir sur la photo sont des femmes qui se recueillent sur un cercueil. En quoi se recueillir sur la tombe de quelqu’un peut-il être un concours me direz-vous … Alors déjà la personne sur laquelle la Plañideras se recueille doit être un personnage connu (donc pas un proche) qui peut avoir existé ou non et enfin qui n’est pas forcément mort (ce point-là me semble fort étrange). Donc en résumé ce sont des femmes qui pleurent, qui crient, qui hurlent … sur la mort de quelqu’un qu’elle ne connaisse pas vraiment et qui n’est pas forcément mort. Vous comprenez donc maintenant pourquoi cela peut être un concours ! Le plus de cet événement ce sont leurs tenues qui sont parfois très belles, en revanche vous allez ressortir de ce concours avec le pire mal de tête que vous ayez pu avoir depuis bien longtemps ! Folklore garanti donc !
Pour information avant ces femmes étaient payées pour aller pleurer à des enterrements, pour plus de détails consultez l’ami wikipedia.

Promenade dans un champ de maïs ?

Les espantapajarosCe point-là n’est pas vraiment culturel, mais quoi de mieux qu’une bonne balade dans un champ de maïs rempli d’espantapajaros dans la nuit du trente-et-un octobre au premier novembre. D’espan-quoi ? D’espantapajaros, pas facile à dire, ce sont des gens déguisés en épouvantails. Alors si l’idée est bonne et que ce fut sympathique et bien, en plus d’être cher (140$) ce n’était pas vraiment aussi fou que l’on pourrait l’imaginer. La musique qui aurait pu mettre dans l’ambiance était la musique que vous pouvez écouter chaque week-end en boîte de nuit et nos amis les épouvantails n’étaient vraiment pas assez nombreux pour les dimensions du champ. En bref, un bon moment de rigolade mais rien de culturel ni d’immanquable.

Les célébrations de quartier

En nous promenant dans la rue nous avons rencontré la femme qui fait à manger dans l’université où je travaille. Elle nous a invité à la rejoindre une heure plus tard dans une rue où les habitants du quartier organisaient une célébration. Il y avait un grand altar et un groupe qui faisait de la musique. Puis les gens se sont levés et un cortège s’est formé en emportant un cercueil jusqu’à la rivière. Une fois arrivés, les gens présents ont fait une prière puis nous sommes revenus à notre point de départ où les riverains avaient préparé à manger (tortas de mole, tamales, tostadas et atole). Ensuite la fête a commencé et on a dansé dans la rue !

La vie dans les cimetières

C’est bien entendu dans les cimetières que se célèbre également le dia de los muertos. Dans ma ville c’est assez simple, les gens vont nettoyer les tombes et  déposent des fleurs. De ce fait, les abords des cimetières sont envahis de vendeurs de fleurs et également à manger car les gens peuvent rester de longues heures ou même une journée. Il n’est ainsi pas rare de venir avec son pique-nique au cimetière. Je n’ai pas vu mais il serait aussi paraît-il tout à fait normal d’emmener sa musique. Comme vous pouvez donc le lire ici, l’ambiance n’est pas morose, bien au contraire c’est plutôt festif.

Défilé de Catrinas

Catrina violetteLe dernier événement auquel j’ai assisté durant ces célébrations fut un défilé de Catrinas, personnages féminins représentant la mort devenus célèbres grâce au caricaturiste José Guadalupe Posada qui lui-même aurait tiré ces personnages d’autres artistes avant lui, si vous êtes curieux je vous laisse cliquer ici. Ce fut un spectacle riche en couleurs avec des déguisements plus réussis les uns que les autres et à la clef de belles photos que vous pouvez voir sur mon Top 10 des déguisements pour le Dia de los Muertos. D’ailleurs dans ce top je fais allusion à la gagnante qui est …. un gagnant ! Car oui en effet, quand bien même la catrina est un personnage féminin, il y avait également certaines de ces catrinas présentes au concours qui étaient des hommes ! Et c’est donc un homme qui était le mieux déguisé en squelette de femme … Comme quoi !

La gagnante était un gagnant !

Il y a effectivement beaucoup à faire pendant cette période au Mexique. Certains lieux sont plus fameux que d’autres pour cette célébration et en tête il y a l’état de Michocan. On y trouve des gens qui dorment dans les cimetières, qui y écoutent de la musique et qui mangent leur pique-nique. Mon collègue m’a expliqué qu’il y a même des lieux où les familles sortent les os des caveaux pour les nettoyer avant de les y remettre … Légende ou réalité ??? Mais peu importe où vous serez, essayez d’être au plus proche des mexicains pour ressentir cette culture qui vous transporte dans un nouveau voyage pendant votre voyage ! Voici une petite vidéo qui résume ces quelques jours de célébration du Dia de los Muertos !

Mots clés cherchés par les voyageurs du net :

  • el dia de los muertos qqoqcp

6 comments

  • Autant je suis contre les célébrations d’Halloween en France car elles sont purement commerciales, autant je serais curieuse d’assister à cette manifestation au Mexique, profondément ancrée dans la culture et la tradition.

    Reply
    • Oui je suis bien d’accord, mais même ici Halloween s’invite à la fête … Mais bon les mexicains sont fiers de leurs traditions donc je pense qu’ils ne devraient pas perdre ce bel événement !

      Reply
  • Très bien écrit! :3 J’habite à San Juan del Río. Mais pour l’instant, j’habite à Marseille grâce à une bourse qui m’a permis d’étudier une Licence Pro en France 🙂 Tu travailles où?

    Reply
      • Oui! Je l’ai lu, les images sont trop belles 🙂 Je suis d’accord avec toi, la catrina que tu as mis en premier place dans le top est surprenante! Le Mexique est un monde plein de couleurs et traditions 🙂 J’espère que tu puisses voyager plus dans notre pays pour suivre à lire tes articles 🙂

        Reply
        • Encore merci alors !
          Oui il y en aura de nouveaux, bientôt un sur le chiapas.
          Et sinon mes prochaines destinations aux Mexique : ce week-end Leon pour le festival de « Globos », el Chepe au mois de mai, Tajin et Veracruz en décembre …
          Pour savoir quand je publie un nouvel article rejoins la page de mon blog sur facebook !
          Encore merci pour ton retour sur mes articles !

          Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *