Environnement et voyage

Environnement et voyage

Quand on voyage, on ne peut que se sentir petit, très petit face aux beautés de la nature que l’on rencontre. En effet, la nature vous réserve tellement de merveilles que ce soit des cascades pétrifiées comme à Oaxaca au Mexique, des papillons aux ailes transparentes au Costa Rica ou encore les somptueuses montagnes suisses … La liste est longue ! Pour cette raison, la préservation de notre environnement et de notre planète semble une évidence. Mais parfois il est difficile de concilier cette envie de protéger l’environnement et cette autre envie qui est de voyager. Je vais donc vous parler ici de ces petites choses liées à l’environnement qui m’ont données envie de rédiger un article sur le sujet.

Tulum, un paradis en perdition

L’été 2013 lors d’un voyage en Amérique latine, j’arrive sur la côte du Quitana Roo à Tulum, un village à quelques kilomètres de la mer où se trouve, perchées sur des falaises, de magnifiques ruines Mayas. Et pour compléter ce tableau paradisiaque une mer turquoise et des bébés tortues que les gardiens du lieu protègent du flot de touristes.
Deux ans plus tard, je reviens au Mexique, je souhaite donc revoir ce lieu dont je rêve encore ! Et si je retrouve bien les falaises et les ruines toujours aussi belles, l’eau quant à elle, n’a plus rien à voir avec mon souvenir. En effet, depuis plus de huit mois, les eaux de ce paradis terrestre sont envahies d’algues et le turquoise est devenu verdâtre. Les raisons de ce changement serait le réchauffement de l’eau et également les rejets du fleuve Amazone dûs à l’importante production animalière brésilienne (donner des chiffres). Quand on voit un changement de la sorte, on ne peut que se sentir concerné par les problèmes environnementaux ! Je vous laisse juger par vous-mêmes avec ces deux clichés, le premier datant d’août 2013 et le second de septembre 2015.

Tulum un environnement magnifique en voyage

Tulum un environnement magnifique en voyage

Bonne nouvelle, il semblerait, d’après une amie, que ces dernières semaines (décembre 2015) il n’y aurait plus d’algues à Tulum.

Avion, transports et environnement

Évidemment quand on dit que l’on se préoccupe du sort de la planète en annonçant cinq minutes après que l’on va prendre un avion pendant quinze heures, cela peut laisser perplexe. Alors oui l’avion pollue c’est un fait, mais suivant la destination les choix sont parfois limités. Ce qui me fait prendre un avion aujourd’hui peut être le prix, la facilité ou la rapidité. Et ces trois raisons qui me font prendre l’avion sont « mauvaises ». Car oui traverser l’Atlantique en six mois à la voile ce n’est pas forcément possible pour tout le monde, mais pour faire Bordeaux-Genève on peut prendre l’avion ou le faire en stop. J’ai fait les deux et je le confesse, plus souvent en avion !
Alors oui on pollue en voyageant mais je pense qu’au sujet du transport, il faut faire attention et favoriser le vélo (un de mes objectifs de voyage d’ici quelques années), le stop, la marche … Mais il ne faut pas non plus tomber dans la paranoïa et se dire que oui on pollue mais que l’on fait attention.

Nourriture et OGM

Maïs et OGM : attention à l'environnementCette année, en vivant au Mexique, un autre point m’a fait interroger sur l’écologie et les voyages : la nourriture. Alors commençant par le positif, ici il est très facile de consommer local et vous n’aurez pas le choix que de consommer de saison (sauf dans les supermarchés). Je suis vraiment content de manger des fraises au mois de décembre ici, mais je ne le ferais pas en France ! Alors profitez d’avoir déjà fait le trajet en avion pour l’éviter à votre nourriture !
En revanche, ici, difficile de savoir quand on mange des OGM ou non. Cela peut vous faire sourire mais moi je suis déjà contre l’idée des OGM, mais savoir que l’on en mange plus ou moins tout le temps … ça ne rassure pas ! Alors on voit bien ici que même si l’agriculture est relativement traditionnelle dans certains des pays que vous allez visiter, cela ne signifie pas pour autant que l’industrialisation n’a pas modifié quelques-unes des règles locales.

Il y a sans doute bien d’autres raisons de penser à l’écologie et à l’environnement lorsque l’on voyage, mais je voulais juste profiter de cet article et du blog pour nous rappeler à tous que l’on se doit d’apporter notre pierre à l’édifice. Egalement que, même si l’on n’est pas parfait et que certaines de nos passions peuvent être en contradiction, cela n’empêche pas de faire au mieux ! Voyageons plus à pied, en stop ou en vélo ! Louons des voitures à cinq ou prenons le bus, essayons de voyager à la voile mais évitons cette sortie en jet-ski, nageons avec des requins dans l’océan mais ne nageons pas avec des dauphins dans un aquarium … Bref, soyons responsables !

Si vous cherchez des idées sur le sujet voici la page facebook dont je me sers comme veille sur le sujet : Un jour, un geste pour la planète.

Mots clés cherchés par les voyageurs du net :

  • Environnement et voyage

2 comments

  • Bonjour Moran, 🙂

    Ton article fait plaisir à lire ! Je me sentais un peu seul au départ en publiant ma lettre ouverte pour un tourisme durable ( http://www.regardnomade.com/tourisme-durable-ecologique/ ).

    Je suis tout à fait d’accord avec toi. Il est important de prendre soin de l’environnement en pensant à son impact au quotidien. C’est les petits gestes de chacun qui feront la différence…

    On a tous un rôle à jouer. Comme tu dis, sans devenir végétarien pour autant, on peut choisir de manger local ou de prendre un bus plutôt que sa voiture quand on a le choix !

    La nature est fragile, on s’en rend particulièrement compte en voyageant…

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *