Rencontre avec Delssad, un mahorais en métropole

Rencontre avec Delssad, un mahorais en métropole

Bonjour Delssad, nous nous sommes rencontrés à La Rochelle, tu es français, mais tu viens de loin. Ton voyage à toi c’est fait en étudiant et en venant en métropole depuis Mayotte.

Rencontre sur une île paradisiaque : Mayotte

Tu as donc fait la trajet inverse de moi lorsque je suis allé à Mayotte, tu es un mahorais en métropole. Peux tu m’en dire un peu plus ?

Comme pour la plupart des jeunes mahorais il nous faut quitter notre île si on veut faire des études supérieures. C’est donc souvent à l’obtention du bac que nous laissons nos familles et nos amis pour la grande aventure de la métropole!

Tu viens donc de Mayotte, un département français à l’autre bout du monde, te sens tu français ? Mahorais ? Africains ? Européens ? Tout ? Quelque chose d’autre ?

Sur mes papiers je suis né français et j’ai obtenu ensuite la nationalité comorienne par ma mère! Et voilà comment moi j’ai vécu et je vis mes origines! A Mayotte je suis de Handréma; mon village … Je pense vivre en bon français, on est plutôt chauvin là dessus! Mais parfois je me revendique Anjouanais, (d’Ajouan l’ile de mes parents). Quand j’étais enfant on pouvait me traiter d’anjounnais mais cette fois par moquerie! En effet il y a un peu d’hostilité de la part des mahorais envers les anjouannais! Justement en Anjouan où on y a mis les pieds pour la première fois l’année de mon bac, avec mes frères et soeurs, on se sentait vraiment mahorais. Je me sentais un peu plus français! En arrivant en métropole c’est des origines plus anciennes qui ont pris le dessus si je puis dire … Je me sentais noir et africain, du moins dans les premiers mois! Mais par la suite, en ayant fait connaissance avec des africains d’une part et des mahorais de l’autre je me sentais de plus en plus mahorais! Quoique que toujours noir ^^. Depuis quelques années maintenant je me sens en plus rochelais… Charentais pas tellement. Européen non, mais je pense que c’est en raison d’un manque de voyages.

Aujourd’hui tu vis en en métropole depuis plusieurs années, qu’est ce qui te manques de Mayotte ?

Ce qui me manque le plus de Mayotte c’est bien sûr ma famille. Mais aussi la simplicité de la vie que l’on peut avoir sur mon île. Car hormis le confort que l’on a lorsque l’on vit chez ses parents, tout est nettement plus simple lorsque l’on vit sur une île tropical! D’abord il fait presque 25 degrés toute l’année, donc pas de changement vestimentaire tous les 3 mois. Ce n’est pas tout, on peut aller se baigner dans la mer, pique-niquer tout au long de l’année et ce sans vraiment le programmer! Ce n’est pas une pub à la télé qui rappelle qu’il faut manger des fruits et des légumes mais les saisons. C’est simple, je n’étais tellement pas habitué à programmer quoique ce soit que je me souviens avoir eu du mal à répondre la première fois que l’on m’a demandé d’estimer le temps qu’on pouvait mettre à pied entre chez moi et la gare … Ah ! Pour revenir au temps et au saison, quand on est enfant on adore aller courir sous la pluie! Quand on est plus grand on est content que grâce à la pluie il fasse moins chaud et quand, en plus, on est agriculteur je ne vous dis même pas! C’est simple on a pas de notions de « mauvais » et de « beau » temps. Que dire d’autre… Les gens. Il n’existe pas vraiment de classe sociales, même quand la différence matériel est plus qu’évidente! Voilà, j’ai sans doute oublié des choses!

Inversement qu’est ce que tu trouves en métropole que tu n’avais pas à Mayotte ?

Sans surprise, en métropole je retrouve une plus grande liberté comparé à Mayotte, par rapport à mes parents principalement. Mais au delà de ça, dans mon petit village de Handréma, qui se situe à moins d’une heure de Mamoudzou la capitale, je ne peux pas faire grand chose d’intéressant niveau sorties nocturnes sans voiture. On peux alors parfois se rabattre sur les anciens potes du lycée qui ont des voitures, mais à condition qu’ils soient rentrés à Mayotte au même moment. Car aujourd’hui la plupart de mes amis mahorais de mon âge sont également en métropole. A l’inverse, La Rochelle étant une ville étudiante, ici tous les contacts pour sortir en soirée sont quasiment regroupés dans le même quartier universitaire. Et pour le coup, faire une activité en métropole exige moins d’organisation que sur mon île. Ensuite en métropole tout est plus grand et avec ça, les structures qui vont avec. Celles ci n’existent parfois même pas à Mayotte! Notamment, les cinémas, les restaurants, les fast-food, les TGV, les avions low-cost … Mais aussi les fêtes foraines, les festivals, les salles de concert et les théâtres. C’est simple quand à Mayotte vient un artiste nationale ou de la région (l’océan indien), à La Rochelle il en passe des dizaines dans la même année …

Et maintenant est ce que tu peux me dire en quoi ce grand changement dans ta vie pourrait te donner envie de voyager ? De rencontrer de nouvelles cultures ? De partager la tienne ?

Ayant toujours su qu’un jour je partirai en métropole, je me suis toujours idéalisé « la France » . Et je ne sais pas pourquoi mais dans ma tête les français vivaient dans des HLM. Ça venait sans doute de la description que des mahorais m’en faisaient … Dans tous les cas à La Rochelle, ma ville d’adoption en France (métropolitaine), j’ai vu autre chose qui n’avait rien à voir avec ce que j’imaginais et j’avoue avoir été agréablement surpris. Quoique tout dépends des quartiers et des villes. Toujours est-il qu’une telle expérience m’a montré à quel point la différence entre l’idée que l’on peut se faire d’une région dans le monde, en se basant sur les descriptions que d’autre nous en font, et la réalité pouvait être grande. Et cela est une belle invitation aux voyages et à la découverte du monde qui nous entoure. Cependant si j’ai tant aimé La Rochelle, ça n’a pas été pour le panorama, en tout cas pas au premier abord. C’est surtout grâce aux rencontres que j’ai faites à l’université et également en dehors.

 

Dans ce cas je te souhaite de pouvoir voyager autant que tu le souhaites et de rencontrer encore de nouvelles personnes ! Et n’oublies jamais ta culture et de partager celle ci, car c’est en partageant et en apprenant des autres que l’on peut comprendre le monde qui nous entoure.

Mots clés cherchés par les voyageurs du net :

  • mahorais chaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *